Gaston était un paysan très attaché à sa terre, à son département :l'Ardèche, à son village : Éclassan mais il était aussi très engagé dans la vie communale ( conseiller municipal) paroissiale et dans l'action culturelle de sa région (président de la FEPRAC : Fédération de Promotion Rurale d'Art et Culture en Haut Vivarais) Paysan traditionnel, il était un des derniers de la région à ne pas avoir de tracteur mais un cheval. Paysan cultivant des arbres fruitiers, de la vigne mais aussi paysan cultivé

consacrant un peu de temps à la lecture, au théâtre, à la musique...et à la poésie. Entre la traite des vaches, les visites amicales aux voisins-voisines, les coups de mains aux uns et aux autres, les tâches plus ou moins ingrates de la ferme, les réunions innombrables qui n'en finissent plus, il trouve le temps d'écrire quelques poèmes sur ce qui lui tient à cœur : la terre, les gens, les soirées entre amis, le patois, ce langage régional en perte de vitesse mais qu'il continue de pratiquer. Il écrit même un livre (1) une sorte de journal ou il raconte sa vie de tous les jours de novembre 1983 à décembre 1986, tirant de chaque événement des réflexions pleines de bon sens, celles d'un homme vrai, d'un homme simple, nature, qui ne triche pas, qui aime la discussion, le partage, qui pratique l'écologie avant que le mot ne soit à la mode, la fraternité, le respect... et l'humour, ce qui explique sans doute pourquoi on le retrouve au sein des Débardeurs. Avec le Robert et le Mémé, qui sont pourtant comme deux frères, ce n'est pas toujours simple, j'en suis le témoin. Comme il le dit dans son livre «  Deux hommes trop expansifs »....«  Pourquoi mes partenaires se chamaillent-ils ? » Heureusement Gaston et moi-même nous sommes deux êtres plutôt calmes et chaque fois que la tempête se lève nous faisons notre possible pour la repousser...

Dans le spectacle donc, Gaston amène une touche tendre et nostalgique avec ses poèmes et un peu d'humour avec ses histoires en patois (en version originale parfois sous-titrée!!!)

 

En voici trois que j'accompagne à la guitare ici

Et cette histoire en patois « les suppositoires » enregistrée en public : ici

 

Gaston a lui aussi écrit une chanson qu'il a consigné dans son livre , une chanson sur Éclassan restée inédite mais que je compte vous faire découvrir prochainement.

Curieusement, Robert a également écrit une chanson sur Éclassan, très différente bien sûr. On avait l'intention de l'enregistrer avec le concours de la fanfare d'Eclassan. Le projet ne s'est pas concrétisé mais sur une cassette j'ai effectivement d'une part la fanfare qui joue un morceau et d'autre part la voix de Robert qui chante «  Les Équiosses » (= Éclassan)

Vous l'aurez sans doute compris : les deux compères habitaient Éclassan.

 

  1. LA TRAME ET LA CHAINE de Gaston POUENARD, Chronique banale d'un homme ordinaire. Édité en 1989. On trouve ce livre d'occasion sur Internet aux environs de 7€

 

CONFESSION IMAGINAIRE (extrait du livre LA TRAME ET LA CHAINE)

Question : Quel est le vin que vous préférez ?

Réponse : Celui que je fais

Q: Quel est selon vous le plus grand fléau de l'humanité ?

R: la bêtise

Q: Quel est le personnage historique que vous admirez le plus ?

R: St François d'Assise

Q: Comment définissez vous le bonheur ?

R: Je pense que c'est être en accord avec soi-même

Q: Quel animal préférez-vous ?

R: C'est l'hirondelle, joyeuse et inutile

Q: Quel est le livre qui vous a le plus frappé ?

R: Pêcheur d'hommes de Maxence Van Der Meerch

Q: Si vous aviez une devise , quelle serait-elle ?

R: la vie commence aujourd'hui

Q: A quelle époque auriez vous aimé vivre.

R; Au moyen âge

Q: Croyez-vous en Dieu ?

R: Je ne crois qu'en Dieu

Q: Avez-vous une passion ?

R: Oui, c'est de voir les gens rassemblés autour de quelquechose : un verre de vin, une tasse dethé, une veillée, un repas, une randonnée, une prière, un pélerinage, un spectacle, un concert, une fête...

Q: Que manque-t-il le plus à notre société ?

R: le bon sens

Q: Quels sont les gens que vous aimez fréquenter ?

R: Ceux qui ont de l'intelligence, de l'humour et de la simplicité

Q: Aimez-vous les plaisirs de la table ?

R: Je mange pour me nourrir , mais je craque devant la soupe au vin, le saucisson brioché, la fricassée de boudin, une côtelette d'agneau ou une bonne choucroute

Q: Quels sont les mots que vous aimez entendre ?

R: lumière, amitié, musique, jardin, dimanche, chanson, veillée, enfance, rivière...

Q: Et ceux que vous n'aimez pas ?

R: Laissons cela

Q: Etes vous un marginal ?

R: Oui dans un certain sens parce que :

  • Je me méfie des idées reçues et des slogans à la mode

  • Je n'ai pas de tracteur et je possède le dernier cheval de trait de la commune

  • J'accorde plus d'importance à l'ÊTRE qu'à l'AVOIR

  • Je crois que les cellules de base, la famille, le village, sont indispensables à l'harmonie de la société

  • Enfin, parce que j'ose affirmer que l'homme dans toute sa dimension ne sera sauvé quepar les valeurs morales.

    charettes bleues W

    gaston-pouenard

    la maison sur la colline

    lampe tempête 2